THIN LIZZY - BBC Radio One Live In Concert (1992)

Aller en bas

THIN LIZZY - BBC Radio One Live In Concert (1992)

Message par Philippe le Sam 3 Fév - 13:38



THIN LIZZY : BBC Radio 1 Live In Concert

1983 : Thin Lizzy décide de mettre un terme à une carrière prolifique suite aux écarts regrettables de son leader, Phil Lynott. Le groupe entreprend une tournée mondiale (Le Farewell Tour) qui passera notamment par l'Europe (la France sera bien évidemment oubliée......). Forts d'un album percutant et plus hard (et ce, grâce à l'arrivée ô combien bénéfique au sein du groupe du fougueux John Sykes (ex-Tygers Of Pan Tang)) que ses prédécesseurs (Chinatown et Renegade) intitulé Thunder And Lightning, nos compères sont ainsi invités au festival de Reading (alors très en vogue) pour un concert qui, qualitativement et émotionnellement restera dans les annales. C'est donc en cette belle journée du 28 août 1983, que le groupe s'apprête à clore 3 jours de festivités (Black Sabbath et Ten Years After étaient aussi de la fête). Débutant sur un Jailbreak au riff imparable, enchainant sur un Thunder And Lightning apocalytique et dévastateur (morceau qui pourrait encore aujourd'hui, renvoyer certains groupes de métal actuels à leurs chères études), couplé à un Waiting For An Alibi entrainant, la puissance de feu du gang de Lynott se déploie râgeusement sur un Are You Ready particulièrement heavy et fédérateur. D'ailleurs, le très chaud (au propre comme au figuré) public ne s'y trompe pas puisque que tout au long du show, il se manifeste comme un seul homme notamment une impressionnante délégation irlandaise qui se fait largement entendre juste avant Emerald. La voix de Lynott, sans aucun doute, marquée par les affres de ses regrettables écarts, relève le défi vocal ô combien difficile notamment sur l'enchaînement remarquable Rosalie / Dancing In The Moonlight. Ca, c'est grandiose !!!!!!! Et derrière, le groupe bastonne grave, notamment un Brian Downey, un batteur tellement sous-estimé qui s'en donne à coeur joie et ce, malgré les circonstances. C'est vrai qu'à l'époque, on aimait les gros bûcherons. Sinon, le duo d'artilleurs constitué par John Sykes et Scott Gorham s'entend à merveille notamment sur les passages ô combien relevés et exigeants des twin guitars. Tout est magnifiquement huilé grâce à la basse sourde, épaisse et vrombissante de Lynott (qui joue de la basse comme sur une guitare) et les claviers jamais envahissants tenus par le discret mais redoutable Darren Wharton.

Entre-temps, ont donc défilé ou plutôt déboulé, les Baby Please Don't Go et The Holy War entrecoupés des cristallins A Night In The Life Of A Blues Singer (qui figurera plus tard sur le maxi Nineteen) et The Sun Goes Down. Aucun temps mort n'est à l'ordre du jour sur ce show pour lequel le groupe tient à marquer d'une pierre blanche l'histoire de ce festival mythique car le groupe embraie sur le dernier single en date, l'efficace Cold Sweat (qui ne figure pas sur le CD paru en 1992 que je vous présente). Manquent également à l'appel Sha La La, Baby Drives Me Crazy et Black Rose interprétés (notamment le second morceau cité) sans doute dans une ambiance absolument incroyable provoquée par nos amis irlandais venus en nombre. Il est à espérer qu'un jour, nous aurons droit à une réédition complète de ce show magistral. Lynott exhorte encore un peu plus la foule à se manifester via la phrase " and THE COYOTE CALLS where the howlin' winds will." juste avant The Cowboy Song qui, inévitablement, s'enchaîne sans répit au seul hit répertorié du combo à savoir The Boys Are Back In Town. Le festival chavire de plus belle. Suicide et Rosalie dans une version étirée enfoncent le clou portant ainsi le set vers une conclusion, vous l'imaginez, forte en émotions, puisque la poignante ballade Still In Love vient parachever un show en tout point parfait. En effet, à chaque fois que le grand Phil prononce la phrase "Is This The End, la foule répond en choeur par un vibrant "Noooooo !!!!!!!!!!!" J'imagine que ceux qui s'y trouvaient, n'ont pas oublié ces instants, j'oserais dire, presque douloureux. Sans doute, et ce, malgré sa décision certes irrévocable, le grand Phil s'est peut-être dit qu'il avait commis l'erreur fatidique d'avoir mis fin à l'aventure lizzienne. C'était sans doute "Lynott de trop".....
avatar
Philippe
★★★✩✩✩✩✩ [N1]

Messages : 478
Date d'inscription : 21/01/2016
Age : 56

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: THIN LIZZY - BBC Radio One Live In Concert (1992)

Message par Hugh le Sam 3 Fév - 17:38

Philippe a écrit: Brian Downey, un batteur tellement sous-estimé...

Je ne sais pas s'il est sous-estimé mais j'ai toujours adoré son jeu qui est une des composantes irremplaçable du style de thin Lizzy.
avatar
Hugh
[★★★★★★★★ Admin]

Messages : 5177
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 54
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://hardnheavy80.goodforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: THIN LIZZY - BBC Radio One Live In Concert (1992)

Message par Pyromaniaque le Sam 3 Fév - 22:35

Hugh a écrit:
Philippe a écrit: Brian Downey, un batteur tellement sous-estimé...

Je ne sais pas s'il est sous-estimé mais j'ai toujours adoré son jeu qui est une des composantes irremplaçable du style de thin Lizzy.
Marrant, je me suis fait la réflexion en écoutant l'album Renegade cet aprèm' dans ma caisse, à savoir que Downey avait un jeu très subtil sur les albums de Thin Lizzy ... genre des p'tits roulements par ci par là, tout en finesse, mais qui font la différence Twisted Evil
avatar
Pyromaniaque
★★★★★★★ [N1]

Messages : 1968
Date d'inscription : 20/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: THIN LIZZY - BBC Radio One Live In Concert (1992)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum